Iaïdo La voie du sabre japonais

LE IAÏDO / IAÏ JUTSU

Le IAÏDO / IAÏ JUTSU , art du sabre japonais, discipline majeure du samouraï d’autrefois est l’art de dégainer le sabre et de couper dans le même instant. Art du geste spontané et naturel, c’est une discipline qui se pratique seul, face à soi-même, sous forme de KATA (mouvements codifiés).

Historique du IAÏDO

Aussi vieille que le sabre japonais lui-même, cette discipline fut d’abord pratiquée en tant qu’art martial sous l’appellation IAÏ JUTSU.

À l’époque des BUSHI (guerriers japonais), la rapidité, la puissance et la précision du dégainage décidaient souvent de l’issue d’un combat. Dès l’époque d’EDO (1600-1868), une paix relative régnant sur le pays, le but de cette pratique se mua en but spirituel et le maniement du sabre devint graduellement un exercice d’habileté et de contrôle de soi appelé « IAÏDO ».

Étant basé sur l’expression de l’individu à travers des mouvements techniques clairement définis, les individus étant tous différents les uns des autres, l’idée de compétition sportive en est totalement exclue. Il y a aujourd’hui plusieurs écoles dont certaines conservent encore beaucoup de leur aspect combatif. La plus populaire et qui reste une excellente introduction à l’art du sabre et qui de plus est une méthode d’éducation complète pour le pratiquant, est l’école : MUSO SHINDEN RYU IAIDO. Rénové par le célèbre Maître Nakayama HAKUDO.

Au sein de l’Ecole de BUDO RAJI Internatinal il est aussi étudié l’école originale, MUSO JIKIDEN EISHIN RYU IAI JUTSU sous la bienveillance du 21ème soke (gardien) Maitre Sekiguchi Komei. Celle ci a en effet donné naissance au style Muso Shinden Ryu de Nkayama Hakudo...

Principes du IAÏDO / IAÏ JUTSU

I-AÏ-DO : littéralement « la voie d’exister harmonieusement » met l’accent comme toutes les disciplines du BUDO, sur une perfection de la coordination du corps et de l’esprit. JUTSU signifiant technique. Les KATA de IAÏDO / IAÏ JUTSU se pratiquent seul. Un contrôle parfait de son propre corps et esprit est certes l’ingrédient indispensable. Le fait, également, de pratiquer avec une vraie lame (KATANA) aussi aiguisée qu’un rasoir, fait de cette noble discipline un exercice de précision qui ne manque pas d’attrait. Étiquette, patience, coordination totale de l’être, espace/temps, puissance intérieure, humilité… caractérisent aussi cette étude.

Techniques du IAÏDO / IAÏ JUTSU

Si les KATA (formes pré-arrangées) occupent la majeure partie de l’entraînement du débutant, ce dernier sera vite confronté aux deux autres aspects du IAÏDO / IAÏ JUTSU : le travail en SÔTAÏ avec le BOKKEN (pratique à deux avec le sabre de bois) le TAMESHIGIRI (la coupe d’une cible). Dans chaque mouvement du IAÏDO /
IAÏ JUTSU on peut distinguer 4 phases principales :

  • NUKI TSUKE : le dégaînage
  • KIRI TSUKE : la coupe principale
  • CHIBURI : le nettoyage de la lame
  • NÔTO : le rengaînage

Les techniques s’exécutent debout, et surtout dans deux positions assises difficiles, SEIZA (les deux genoux au sol) et TATEHIZA (un genou au sol, l’autre relevé). Les techniques du IAÏDO / IAÏ JUTSU développent une concentration intense et peu commune. Il n’y a aucune contre-indication majeure pour cette discipline sans compétitions. C’est aussi une pratique très prisée par les industriels et hommes d’affaires japonais, pour son développement interne.