Jaff Raji - Aïkido

L’aïkido, la voie de l’harmonie

Maître Morihei UESHIBA
Maître Morihei UESHIBA

L’AÏKIDO est un Art Martial de plus en plus répandu en France (un des principaux pays après le Japon) et dans le monde entier. La grande richesse technique de cette discipline fait que sa pratique et son enseignement peuvent être modulés en fonction des individus. Ouvert à tous, grands et petits, hommes et femmes, son but est de parvenir à un meilleur équilibre physique et psychique grâce à une connaissance approfondie de soi-même. L’Aïkido constitue la synthèse de tous les arts martiaux japonais pratiqués par les SAMOURAÏS depuis plusieurs siècles.

Avant la seconde guerre mondiale, l’Aïkido n’était pas accessible au grand public mais était réservé à une élite ; experts en BUDO, nobles, chefs militaires et personnalités d’un certain rang. Après la guerre, le créateur de l’Aïkido, Maître Morihei UESHIBA, décida que cette pratique devait s’étendre à tout le Japon et au monde entier. L’Aïkido fut introduit en France en 1951 par Maître Minoru MOSHIZUKI, puis suivi par Maître Tadashi ABE en 1952. depuis ces années de nombreux experts de qualités sont venus ou ont résidé en France ce qui contribua à un dévelopement de grande qualité de l’Aïkido français.

A partir de 1964, l’Aïkido en Europe fut surtout développé (entre autres maîtres) sous la direction de Maître Nobuyoshi TAMURA élève direct du fondateur et qui fut l’un des plus grands experts mondiaux. Maître TAMURA a résidé en France pendant 46 ans, ce qui fut une chance pour l’Aïkido français. Il fut l’un des fondateurs et le Conseiller Technique National de la Fédération Française d’Aïkido et de Budo et de la Fédération Européenne d’Aïkido. Maître Tamura est décédé le 9 juillet 2010 à l’âge de 77 ans.

Que signifie aïkido

Kanji AÏ
Kanji KI
Kanji DO

Le mot AÏKIDO est composé de trois idéogrammes :

  • indique l’union, le fait de mettre ensemble, de réunir.
  • KI est plus ou moins intraduisible, l’idéogramme représente la vapeur se dégageant de la cuisson du riz. Il s’apparente à l’air, au gaz, à la respiration, à l’apparence, à l’activité vitale ou force de vie. Cette notion correspond en chinois au QI (Tchi) que les acupuncteurs manipulent quotidiennement sur un plan thérapeutique. Ki correspond au souffle, à l’énergie vitale.
  • DO est un idéogramme composé de deux parties représentant une tête et l’action d’avancer, il s’interprète comme l’image de l’homme qui marche en regardant où il va et se traduit en général par chemin, route, spécialité, voie, devoir envers l’humanité.

La traduction la plus commune d’AÏKIDO devient donc : Voie de la réunification ou de la réunion des énergies.

L’aïkido discipline martiale

L’aïkido discipline martiale

L’AÏKIDO, discipline martiale japonaise créée par le grand Maître Morihei UESHIBA (1883-1969) dans le courant du XXème siècle, fait partie de ce que l’on appelle le BUDO, c’est à dire, littéralement, Voie du guerrier ou de la guerre. On classe sous ce terme générique toutes les formes modernes d’Arts Martiaux japonais, comme le IAIDO (Art de dégainer le sabre), le JODO (la Voie du bâton), le KYUDO (Voie de l’arc), le JUDO, le KARATE DO, le KENDO (Voie du sabre), etc…

L’AÏKIDO tend à être défini comme une discipline martiale majeure plutôt que comme un art martial. Cette distinction sémantique est nécessaire car, par art martial, on entend technique militaire à utiliser éventuellement dans un contexte belliqueux. Or si l’Aïkido dérive effectivement de techniques guerrières, l’idée de son fondateur est, entre autres, de proposer un moyen d’évolution personnelle non exclusif des possibilités de l’individu dans un esprit martial (ce qui n’est pas le cas d’un art proprement martial exigeant des capacités physiques importantes). Le fondateur de l’Aïkido disait : « le but de l’Aïkido n’est pas de corriger les autres mais de vous corriger vous-même. Cela doit conduire non à la destruction mais à l’amélioration physique et spirituelle de l’individu ». La pratique de l’Aïkido est donc possible pour des individus de tous âges et de toutes conditions physiques, l’intensité de l’effort pouvant évoluer entre ce que l’on dénomme dans le domaine sportif la pratique intensive de haut niveau et la pratique de loisir.

La technique de l’aïkido

La technique de l’aïkido
La technique de l’aïkido

Les formes de travail de l’Aïkido sont très nombreuses. On peut pratiquer à main nue contre un ou plusieurs adversaires, armés ou non. Les pratiquants peuvent être tous les deux debout ou à genoux, ou l’un debout l’autre à genoux. Les attaques consistent en saisie ou en coup ; les techniques d’Aïkido sont des projections, des contrôles ou des immobilisations. Les différents mouvements mettent fréquemment en jeu les articulations des membres supérieurs, poignet, coude, épaule et celles de la colonne. Le pratiquant projeté participe souvent en partie à sa chute, seule issue possible pour éviter un traumatisme de l’articulation visée.

Les Aïkidokas utilisent souvent les armes ; bâtons, sabres et couteaux en bois. Elles facilitent grandement la compréhension des techniques qui en découlent. Les armes font parties intégrantes de la pratique et sont à l’origine des techniques étudiées à mains nues. Elles améliorent la tenue du corps, affinent la distance de combat, la précision, la concentration et la notion de centre, importante en Aïkido.

Brièvement définie, cette dernière consiste en un principe stratégique permettant à l’Aïkidoka d’être au centre du mouvement en lui donnant une possibilité optimale de contrôle de son adversaire. Il est important de remarquer qu’il n’y a pas de coup porté en Aïkido (apparents), ce qui exclut tout stress physique inhérent aux chocs.

L’AÏKIDO N’EST PAS...

Les arts martiaux sont souvent présentés comme des techniques de self-défense. Ce n’est pas le cas de l’Aïkido. En self-défense il y a un attaquant et un attaqué, la pratique et la pensée de l’Aïkido viennent à l’encontre de cette dichotomie. Le but de l’Aïkido est par définition de réunir et non de diviser. De plus, la notion de self-défense implique une réaction passive ou à retardement de l’attaqué par rapport à l’attaquant. Techniquement, il faut au contraire rechercher à contrôler l’adversaire avant toute initiative de sa part.

La pratique de l’aïkido

La pratique de l'aïkido

On trouve une hiérarchie (relative) par grade du 6ème au 1er KYU puis avec la ceinture noire du 1er au 8ème DAN qui indique l’évolution de l’individu dans son étude de l’Aïkido (Quelques 9ème et 10ème DAN sont délivrés à titre honorifique pour des vieux Maîtres). La pratique se déroule dans un DOJO, littéralement lieu où l’on étudie la Voie. La discipline exclut toute idée de matches ou de compétitions. Une séance d’entraînement comprend trois phases :

  1. Une phase de préparation : cette phase est dite de préparation et non simplement d’échauffement. Son rôle est de préparer le corps à une activité musculaire mais aussi et surtout de se préparer psychologiquement à une discipline aux caractéristiques martiales. En outre, on y trouve des mouvements originaux ayant une signification particulière dans la culture japonaise. Sur le plan purement physique, il est remarquable que de nombreux mouvements d’assouplissement par étirement aient été redécouverts par le stretching actuel.
  2. Une phase de travail des techniques de base et leurs applications.
  3. Un retour au calme.

Les différences entre aïkido, judo et karaté

Judo
Karaté

AÏKIDO ET JUDO

L’AÏKIDO se différencie du JUDO par quelques principes techniques.

Lors d’une poussée de l’adversaire, le JUDOKA tire et l’AIKIDOKA tourne. Lors d’une traction de l’adversaire, le JUDOKA pousse et l’AIKIDOKA entre en avançant. La distance de combat lors de la pratique à mains nues se situe entre celles du Judo et du Karaté car on trouve à la fois des techniques de saisies et de coups. Le mode de combat est différent en fonction de la distance séparant les deux protagonistes. Lorsque les pratiquants agrippent directement un vêtement ou un segment de membre, leur distance de combat est très proche, par contre lors du combat aux poings et pieds, les pratiquants sont plus éloignés. Enfin, une distance d’engagement de combat plus importante éloigne les pratiquants lorsqu’ils pratiquent avec les armes (sabre, bâton ou poignard). Dans la pratique de l’Aïkido, toutes ces différentes distances sont exploitées en fonction de la situation. L’intensité des chutes est variable. L’Aïkido comporte des chutes apparemment violentes pour les pratiquants de haut niveau, et des chutes entièrement contrôlées et modulées pour les débutants, les enfants ou les personnes du 3ème âge qui n’encourent dans ce cas aucun risque.

AÏKIDO ET KARATé

Le KARATE est principalement axé sur le travail des coups (poings et pieds). Les adversaires ont une distance de combat correspondant à ce travail et utilisent assez rarement le corps à corps à la différence de l’Aïkido. Par ailleurs, KARATE, JUDO et IAIDO, comme beaucoup d’arts martiaux japonais comportent des KATA, enchaînements de mouvements stéréotypés et théoriquement immuables représentant des situations combatives et qui se travaillent seul ou à deux suivant les disciplines. Cette notion figée qui est une pratique importante de ces Budo n’existe pratiquement pas en Aïkido qui se veut une discipline en constante évolution aussi bien sur le plan collectif qu’individuel.

Les qualités physiques

Les qualités physiques
Les qualités physiques

L’AÏKIDO sur le plan physique met en jeu tous les groupes musculaires dans une parfaite synergie et développe un équilibre gauche/droite quasiment parfait ; d’où sûrement un meilleur équilibre psychique. L’amélioration de la posture du corps est très importante pour la qualité technique de l’Aïkido. Cela explique probablement les résultats positifs rencontrés chez les pratiquants souffrant de lombalgies chroniques par renforcement du maintien musculaire lombaire. Du fait du redressement du tronc par la pratique, la respiration est fortement sollicitée et améliorée. Les fréquents changements de niveau (chutes, debout, sol) et les déplacements à genoux typiques de l’Aïkido sollicitent beaucoup le train inférieur, ce qui renforce et assouplit les jambes tout en permettant une meilleure mobilité et stabilité du bassin, siège du centre de gravité de l’homme situé en un point appelé dans les arts martiaux SEIKA-TANDEN (champd’énergie).

Sur le plan physiologique, l’Aïkido améliore très nettement la capacité respiratoire ce qui procure au pratiquant une grande aptitude d’adaptation aux différents rythmes d’une séance d’entraînement. La technique de l’Aïkido impose un important travail articulaire. Progressivement, l’Aïkidoka augmente sa résistance aux contraintes sur ses articulations, en amplifie leur qualité de mouvement et de souplesse, en particulier au niveau des épaules, des poignets et des chevilles. La notion de force s’exprime par l’utilisation optimale de ses qualités énergétiques disponibles en accord avec une respiration adéquate. Un pratiquant d’Aïkido confirmé, ayant éliminé les gestes parasitaires de l’apprentissage et utilisant au mieux ses groupes musculaires donne une impression de puissance qui étonne souvent le débutant. La notion de discipline martiale impose un placement / déplacement par rapport à l’adversaire. En Aïkido, certaines formes de travail consistent à réagir contre plusieurs adversaires. Cette situation impose une qualité de déplacement du corps importante, avec des aptitudes promptes à évaluer la position des différents adversaires. Cette qualité prend en considération la perception du corps dans l’espace et les fonctions de coordination.

Il est important de souligner l’apport considérable de l’Aïkido dans le domaine de la coordination. Tous les mouvements se font symétriquement à droite et à gauche ce qui conduit à un travail musculaire très équilibré. L’Aïkido stimule le développement psychomoteur de l’enfant car les placements relativement complexes qu’il exige mettent l’enfant devant des situations didactiques d’amélioration de la coordination, du contrôle musculaire et du schéma corporel. Les témoignages des pratiquants d’Aïkido montrent l’importance qu’ils apportent à cette pratique dans une optique de détente. La situation spécifique (habillement, terminologie, lieu, rituel…) provoque une franche rupture par rapport à la vie quotidienne. De nombreux Aïkidokas ont signalé l’amélioration de troubles du sommeil, en particulier les difficultés d’endormissement. Enfin, nombreux sont ceux qui y trouvent un exutoire aux stress quotidiens et considèrent que la pratique régulière de l’Aïkido (2 à 3 fois par semaine) leur a apporté un nouvel équilibre psychologique.

Comme pour toute pratique physique, on distingue des contre-indications absolues définitives et temporaires, et des contre-indications relatives aux passages de grades et à la pratique intensive. Toutefois sur un plan strictement médical, les contre-indications sont limitées et cela est du à la grande capacité de modulation de la pratique de l’Aïkido. Du fait de l’absence de compétition, l’Aïkido permet de débuter à tout âge et une pratique à très long terme. L’âge moyen du pratiquant est élevé par rapport aux autres arts martiaux, et les avantages psychologiques de cette discipline où l’on peut s’améliorer constamment sont considérables. Le fondateur a pratiqué jusqu’à la fin de sa vie (86 ans). Enfin, les accidents relativement rares sont un argument de plus pour que les médecins n’hésitent pas à conseiller la pratique de l’AÏKIDO.

EBR Master Class

Jaff RAJI et MaÎtre Sekiguchi KOMEI

Le DOJO et l’EBR Master-Class

Le DOJO est le lieu où l’on pratique les BUDO, « voies martiales ».

C’est un endroit simple, dépouillé et propre.

Pratiquer l’Aïkido, le Jodo ou I’Iaïdo dans notre école, vous permettra de faire un travail précis sur votre corps et d’apprendre à se connaître soi-même.

Les Budo ne comporte pas de compétitions. Grâce à ces méthodes originales et efficaces de combat, les pratiquants acquièrent de la confiance en eux mêmes.

Les élèves sont attirés par les Budo pour leur défense personnelle, l’efficacité combative intelligente ou pour leur propre bien-être, ou encore pour la philosophie qui les anime… Ce sont des disciplines extraordinaires.

L’enseignant ou le maître est là pour vous les faire découvrir du plus novice au plus haut niveau…

Les Budo sont aussi humain, d’où le respect, la courtoisie, la convivialité et l’humilité qui transparaissent chez les pratiquants.

Durant l’entraînement, observez, imitez, éveillez votre corps et votre esprit. Les élèves avancés sont aussi là pour vous aider et guider vos progrès…

Jaff RAJI Crée L’EBR MASTER-CLASS

La Master-class est un temps d’étude unique pour les professeurs et les pratiquants d’Aïkido chevronnés et/ou gradés. Le sens de la pratique tends vers le travail et l’enseignement profond, et l’étude de Soi : OKUDEN.

L’étude allie : dépouillement, précisions, puissance et condition physique relative à chaque individu. L’entrainement devra amener à la connaissance totale du curriculum des techniques de base, de leurs applications et de leurs variations.

C’est l’étude de tout ce qui permet à un pratiquant de BUDO de s’élever en qualité et en capacité ainsi que de permettre à tout élève de devenir un bon enseignant potentiel.

Disponibilité et souplesse d’esprit, patience, confiance et humilité sont les caractéristiques inconditionnelles du BUDOKA au sein de l’ÉCOLE de BUDO RAJI INTERNATIONAL.

La Master Class est un lieu et un temps privilégié pour l’Etude de soi…